Sports

Publié le vendredi 14 août 2020

Mais l’épopée sportive de cette route ne se limite pas au cyclisme, bien au contraire, c’est d’ailleurs le sport-auto qui sut l’utiliser, et ce, avec brio. Pour les amateurs de courses automobiles, la Lusette n’est pas une inconnue. Elle appartient même à l’histoire de ce sport.

Cette petite route sur les flancs du Serre de la Toureille fut pendant de nombreuses années le terrain de jeu de la « Ronde Cévenole ». Course automobile qui se courait sur le modèle de la célèbre épreuve sicilienne « la Targa Florio » : une boucle de 40 kms à parcourir dix fois dans la journée. C’était l’époque des berlinettes alpine-Renault des Andruet, Darniche, Thérier, Ragnotti, Nicolas. La Simca CG de Fiorentino, Michèle Mouton et son Audi-Quatro, les régionaux : Rouveyran, les frères Alméras. Sans oublier notre René Trautmann et ses légendaires DS Citroën…

Organisée par l’ASA de l’Hérault début juin ou quelques fois début septembre, cette épreuve désormais mythique en Pays Viganais attirait une grande foule. Il y avait quelques points stratégiques pour les spectateurs, outre les lacets de la Lusette, les stands dans la descente sur Pueylong, les cascades d’Orgon, le col des Mourèzes ; le carrefour des quatre chemins était le point le plus proche du Vigan. De ce fait, il y avait donc affluence le jour de la couse mais aussi le vendredi et le samedi lors des essais chronométrés. Ce quartier n’était pas encore urbanisé à cette époque et le public prenait place sur un mur, sur un talus ou dans les branches des nombreux châtaigniers  qui bordaient la route, et tout cela dans une ambiance « bon enfant ».

La Ronde Cévenole et le Critérium des Cévennes constituaient les deux grands rallyes de l’année en Pays Viganais. Des champions de renom se sont illustrés sur nos routes ; le palmarès de ces deux célèbres épreuves en atteste.

 

Guy Cambéssèdes

 

Partager cette page sur :