Culture et Loisirs

Publié le mercredi 1 mai 2019

Yuli

18h30 – Cinéma Le Palace projection du film « Yuli »

Film (sortie le 17 juillet 2019 – 80 min.)

Adapté du livre autobiographique «No way home», de Carlos Acosta, danseur cubain de renommée internationale, «Yuli» a eu un retentissement phénoménal lors de sa sortie à Cuba, la première projection ayant fait salle comble au Théâtre Karl Marx de La Havane. Si son intrigue fait immédiatement penser à un «Billy Elliot» des Caraïbes, ce long-métrage, qui a pour titre le surnom attribué au protagoniste par ses proches, dégage une essence propre.

De petit dur des rues de La Havane au rôle d’Albrecht dans le ballet Giselle, c’est un pas de géant qu’a franchi le célèbre danseur étoile Carlos Acosta.


 

«J’ai suivi des cours de danse classique dès l’âge de 9 ans. Dans mon quartier, mes copains me traitaient de pédé. Dans ce milieu, aussi pauvre que machiste, il aurait été normal que mon père voie la danse comme un truc d’homosexuels. Au contraire, c’est lui qui m’a poussé à devenir danseur. Quand j’ai été expulsé du cours de danse pour indiscipline, j’ai été envoyé dans un internat de province. Là, je me suis senti abandonné de tous. J’étais le seul gamin que ses parents ne venaient jamais voir. La danse est devenue mon refuge, mon salut. Le don, il vous est donné à la naissance, mais la force pour le développer, c’est la douleur qui vous la donne. La douleur de l’âme, et la douleur physique. Dans la danse, la douleur physique sert à façonner le corps, afin qu’il exprime ce qu’on veut. Je ne souhaite à personne d’endurer cette souffrance, ce sentiment de solitude. Mais c’est cette souffrance qui a fait naître en moi la colère et la passion. L’étoile de ma vie, c’est mon père. Sans lui, je serais devenu un voyou. La plupart de mes amis de Los Pinos où je suis né, ont quitté Cuba sur un radeau, les autres sont en prison. Voilà à quoi j’étais destiné. Revivre mon passé, le jouer et le danser pour ce film a été une expérience intense, douloureuse et apaisante.»

Carlos Acosta


Ce qu’ils en ont pensé

«Biopic magnifique sur la vie du danseur cubain Carlos Acosta, jouant son propre rôle à l’âge mûr, poussé par son père qui lui a insufflé la rage»  Télérama
«Biopic lumineux et optimiste, porté par une passion déchirante, ce film retrace somptueusement le parcours hors du commun de cet enfant au talent grandiose, des rues cubaines aux plus grandes compagnies de ballet du monde» Cinéchronicle

Partager cette page sur :